Translate
EnglishFrenchGermanItalian

Ampli Drake L7

Le Drake L7 fournit 2000 watts entrée sur SSB et 1000 watts sur CW ou RTTY. Il couvre 160, 80, 40, 20 et 15 mètres. Cet ampli utilise une paire de EIMAC triodes 3500Z. Il s’agit d’un interrupteur de by-pass. Il ya une lecture commutables intégrés wattmètre RF (calibré avec des échelles 300 et 3000 watts) avec marche avant et arrière. Exigences d’alimentation sont 115 VAC 50-60 Hz 30 ampères ou 230 VAC 50-60 Hz 15 ampères. L’alimentation électrique est logé dans un boîtier séparé. Cet amplificateur dispose d’une température contrôlée, d’un ventilateur à deux vitesses. 13,7 x 6,75 x 14,25 pouces £ 27. plus de £ 43 pour l’alimentation.

Présentation :

La production industrielle de matériel d’émission-réception était technologiquement orientée fin des années soixante vers le « tout tube », souvenons-nous des séries Heathkit, Drake, Collins, Swan, Yaesu (plus connues sous la marque Sommerkamp en Europe), Trio (futur Kenwood) pour ne citer que les plus célèbres qui ont marqué une bonne génération d’amateurs.

Les années soixante-dix ont vu l’introduction, par les mêmes marques, de matériels hybrides, tubes-transistors, fort logiquement le passage au « tout transistor » s’est imposé en fin de décennie. 

Le produits Drake étaient célèbres à cette époque pour leurs qualités radioélectriques, leur robustesse, et aussi leur prix exorbitants. La ligne de production reposait sur deux éléments phare, le transceiver TR4C (voire TR4CW en fin de production) et la fameuse ligne composée du R4C / T4XC. Drake pour répondre à la concurrence ainsi d’ailleurs que pour étendre sa gamme professionnelle présenta vers 1976 le TR7, appareil révolutionnaire tant pour le marché que pour la marque puisqu’il constituait un saut technologique important en intégrant des techniques nouvelles comme la synthèse de fréquence, la couverture générale, la conversion supérieure etc. Il faut se resituer dans le contexte de l’époque, passer d’un TR4C vers un TR7 équivaudrait aujourd’hui, pour un automobiliste, à la transition d’une 404 Peugeot vers une 407.

La conception du TR7 a été dirigée par Mike Elliott qui avant de travailler pour Drake était chef-ingénieur chez Heathkit.