Que font les RadioAmateurs

Les radioamateurs disposent de bandes de fréquences harmonisées au plan international et réservées à leurs services.

IMG_0275Force est de constater que chaque bande a des caractéristiques bien particulières. Certaines bandes permettent des liaisons à l’échelle mondiale, d’autres donnent de magnifiques résultats pendant le jour et d’autres, encore… pendant la nuit, par réflexion des ondes courtes sur les couches ionisées de l’atmosphère (bandes HF).
Certaines bandes permettent des liaisons régulières, dans un rayon de 2 à 300 kilomètres (bandes VHF), d’autres ne permettent les liaisons que si les deux correspondants, ou plus exactement, si les deux stations sont pratiquement en vue directe (bandes SHF).
Pour communiquer, les radioamateurs emploient généralement le langage parlé (téléphonie) ou utilisent le code morse (télégraphie). Mais, ils peuvent utiliser des moyens plus évolués tels que :

Le téléimprimeur (appelé encore radiotélétype) : chacun dispose d’un terminal et d’un clavier qu’il suffit d’activer pour que le destinataire reçoive le message.

La télévision : par un procédé analogue à celui utilisé par notre télévision de tous les jours, le radioamateur peut transmettre, à distance, des images d’excellente qualité, même en couleurs.

Brasil 2012-2013_7Les transmissions numériques : les moyens puissants de l’informatique permettent la transmission de données entre radioamateurs (packet-radio).
Toujours à la recherche des procédés les plus modernes et les plus astucieux, certains radioamateurs communiquent entre eux en diri-geant leurs antennes vers la lune ou vers des essaims de météorites qui, agissant comme un miroir, réfléchissent les ondes vers la terre.
Pour pallier le manque de propagation, ou les faibles possibilités techniques de liaisons, les radioamateurs utilisent des relais, surtout sur VHF et UHF. Ces installations, construites par les amateurs, couvrent tout le territoire. Ce moyen est surtout utilisé par les véhicules en déplacement.

D’autres encore, depuis 1961, utilisent des satellites spécialement construits par, et pour, les radioamateurs. Le satellite reçoit le message sur une longueur d’onde et le retransmet, instantanément, sur une autre onde. En France, à Toulouse, une équipe de radioamateurs a construit le satellite « ARSENE » (Ariane Radioamateur Satellite ENseignement Espace), en 1993. Depuis de nombreux satellites plus ou moins complexes ont vu le jour sur des fréquences toujours plus élevées offrant ainsi un champ d'investigation toujours à la pointe du progrès.


scene composition: litho, frame 22Il est à noter, également dans ce domaine, les liaisons journalières sont effectuées entre les radioamateurs de la station « ISS » et les radioamateurs du monde entier. Un contact quasi constant est d’ailleurs maintenu avec les radioamateurs cosmonautes en vol. Ces satellites, actuellement une bonne vingtaine, offrent la possibilité aux radioamateurs d’établir des contacts et d’acquérir de nouvelles connaissances qu’ils ne pourraient découvrir autrement. La prévision des passages de ces satellites fait parfois appel à l’informatique, pour de savants calculs. Les bandes de fréquences utilisées pour le trafic satellite annoncent le début du domaine, encore mal connu, des hyperfréquences.

 

  Les différents types de bandes de fréquences

  BF   Basses fréquences, 150 Hz à 10 kHz le son

  LF   Low frequency, 10 kHz à 300 kHz l'ultrason

  MF   Moyennes fréquences, 300 kHz à 3000 kHz bandes hectométriques

  HF   Hautes fréquences, 3 MHz à 30 MHz bandes décamétriques

  VHF   Very hight frequency, 30 MHz à 300 MHz bandes métriques

  UHF   Ultra hautes fréquences, 300 MHz à 3000 MHz bandes décimétriques

  SHF   Supra hautes fréquences, 3 GHz à 30 GHz bandes centimétriques

  EHF   Extrêmes hautes fréquences, 30 GHz à 300 GHz bandes millimétriques

  Enfin, de 300 GHz à 3000 GHz bandes décimillimétriques